Le handicap ne peut pas être un handicap

Jean Louis Guitard

« Le handicap évolue, la situation d’accessibilité doit évoluer avec. »

Depuis plus de vingt ans, Jean Louis Guitard s’attèle à la tâche de rendre le handicap une priorité pour la ville de Vichy. Par un discours affirmé et déterminé sa volonté est de faire changer le regard sur le handicap. C’est son travail. Une personne en situation de handicap doit pouvoir vivre comme une personne valide ; cela représente le fil conducteur de son action. En termes d’aménagement, plusieurs projets ont été accomplis ces dernières années : le marché de la ville, les berges de l’Allier, le mobilier urbain et autres projets. Changer les regards, les mentalités, la situation a beaucoup évolué en l’espace d’une vingtaine d’années mais beaucoup reste à faire, concède-t-il. 

Affronter les regards

Comprendre qu’il est aussi de le devoir, en tant que citoyen d’évoluer, d’accepter, d’incorporer le handicap dans la société. Mais cela l’effraie.
Le message à faire passer serait celui de l’espoir, du vivre-ensemble. L’espoir de rendre cette peur inexistante. L’espoir de l’égalité. L’espoir de dépasser le handicap. Par cette responsabilité, Jean-Louis Guitard possède un outil de pouvoir : celui de changer les regards.

Agrandir son regard, être capable de le porter plus loin, vers de nouveaux horizons. Il rappelle avec que le handicap peut être invisible et donc d’autant plus difficile à porter. C’est à lui de rendre toute invalidité réellement invisible. Ne plus être bloqué aux trop nombreux obstacles que la société peut infliger. Sur un chemin escarpé et difficile, Jean-Louis Guitard s’accroche depuis presque 25 ans maintenant. « Une personne en situation de handicap doit avoir les mêmes droits qu’une personne valide », affirme-t-il. Redonner le sourire à un enfant, un adulte, rendre le sport accessible à tous, faciliter le quotidien de tous, c’est sa fierté.

Acteur politique de l’ombre, il œuvre à mettre en lumière le handicap à sa juste valeur. Il travaille en concertation avec les associations liées au handicap et collabore avec tous les services municipaux pour mener ses nombreux projets à bien. Parmi eux, celui de l’ascenseur du palais des Congrès-Opéra pour un coût d’environ 1 million d’euros. Un prix conséquent qu’il assume. Ce sont des investissements onéreux qui peuvent ralentir certaines décisions, mais nécessaires. Redonner leur autonomie aux personnes en situation de handicap, c’est ce qu’il souhaite avant tout.


 « Je veux leur rendre la vie qu’ils attendent ».


Quand il parle du passé, Jean-Louis Guitard admet qu’il était beaucoup plus difficile de traiter le handicap dans la sphère politique. Peu d’intérêt porté et peu de décisions prises sur ce sujet. La situation a tout de même beaucoup évolué. En cette rentrée, il nous parle des différents événements sportifs qui ont eu lieu dans la ville sur lesquels plusieurs athlètes en situation de handicap étaient présents. Il y a eu le célèbre Iron Man (course de triathlon), une compétition d’aviron sur l’Allier et même les championnats de France de parachute. « Tout le monde pensait qu’avoir un handicap et sauter en parachute étaient deux choses incompatibles. On a prouvé le contraire ». Son métier, c’est aussi celui-là : montrer qu’il n’y a aucune barrière au handicap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *