« Si je ne bouge pas, je suis mort »

Frédéric, 43 ans, est atteint d’une neuropathie dégénérative des membres inférieurs. Mais son handicap ne l’empêche pas de réaliser un radeau handi valide avec l’association l’Outil en main. A l’aide de ce radeau, Frédéric veut changer les regards sur le handicap.

Vichy (Allier) jeudi 4 octobre. Frédéric Poisson, président fondateur d’handi-cap et vous.

Sur son fauteuil, Frédéric, le sourire aux lèvres, explique son handicap sans tabou.

Depuis six ans j’ai un handicap. Il s’agit d’une neuropathie dégénérative des membres inférieurs. A cause de plusieurs ulcères et un surpoids, je me suis écrasé les genoux. Ça ne reviendra pas pour le moment. C’est pourquoi j’ai beaucoup d’activité pour garder la pêche ! Il faut que ça pulse dans ma vie. Pas de temps mort pour moi. 

Frédéric Poisson

Ce Vichyssois de 43 ans, a de l’énergie à revendre, il est animateur dans l’événementiel, c’est un « sportif version handi » comme il s’amuse à le dire. Il pratique le tir à l’arc et la pétanque. Non content de ces activités, il a entrepris la fabrication d’un radeau pour handicapé, un véritable défi lancé à lui-même.

Chaque année, se déroule une course de radeau sur l’Allier organisé par la Table Ronde française, un club d’amis qui soutient l’association l’Outil en Main. Celle-ci a pour but l’initiation des jeunes aux métiers manuels, par des professionnels, avec de vrais outils au sein de vrais ateliers. Alors que Frédéric assistait tous les ans à la mise à l’eau de ces radeaux, une idée folle lui traverse la tête en mars 2017. Il demande au président de l’Outil en main :

Cap ou pas Cap de faire un radeau pour handicapé ? 

Frédéric Poisson

Ce dernier accepte sans hésiter. Le premier radeau handi-valide verra le jour en juin 2019. Toutefois la construction de ce bateau doit relever plusieurs défis.

Sa particularité sera sa masse de 354 kilos en flottaison.  Il doit supporter le poids d’une personne en situation de handicap et une seconde personne à l’avant pour le diriger. Une importante logistique est nécessaire ; 9 personnes minimum doivent pouvoir ramener le radeau à la berge. Pour construire le radeau 2000 euros sont nécessaires au financement de l’opération.

  • 1000 euros pour le bateau
  • 500 euros pour l’association l’Outil en main 
  • 500 euros aux différents sponsors, « chez mémère », « Commercialement » et « l’Accorderie ».

Le radeau sera mis à la disposition des visiteurs qui pourront l’essayer pour un euro symbolique.

Un homme engagé

S’il prend tant à cœur ce projet, c’est pour changer le regard sur le handicap. C’est devenu pour lui un combat de tous les jours. Il nous explique que le nom de son association symbolise l’alliance entre le valide et l’handicapé. Il veut transmettre l’idée qu’ensemble tout est possible, tout handicap confondu de l’enfance à la fin de vie.

 On est capable de tout faire, on le fait juste différemment 

Frédéric Poisson

Il aimerait faire reculer les idées reçues et parler du handicap sans tabou.

« Mon handicap c’est une force, et j’en rigole. Il faut positiver, on est tout aussi heureux que les autres. Parfois, nous sommes nous-mêmes amenés à aider des personnes valides »

Frédéric Poisson

Dans son association, Frédéric est bien entouré. Son équipe se compose de Nathalie, trésorière, de Ludovic, le vice-président de l’association, eux-mêmes en situation d’handicap. Les différents membres de l’association ont eux aussi parfois souffert du regard des autres, des discriminations et des jugements hâtifs.

Le monde professionnel est une jungle féroce quand on est en situation d’handicap 


Nathalie

Pourtant, leurs handicaps ne sont pas visibles. Ils prouvent qu’ils sont tout aussi performants que les valide, ils travaillent juste différemment.

Le handicap fait encore peur


Ludovic

Pourtant des aides techniques et financières sont accordées à la personne handicapée, ou à l’employeur.

Aujourd’hui, nos concitoyens ont parfois une vision restreinte, réduite souvent à la personne en fauteuil roulant. Il ne faut pas oublier qu’un handicap n’est pas toujours visible ! 80% à 85% des personnes handicapées sont porteuses d’un handicap qui ne se voit pas. On distingue aujourd’hui 5 grandes familles de handicap : Le handicap moteur, le handicap psychique, le handicap mental, le handicap sensoriel et les maladies invalidantes. Frédéric et son équipe veulent modifier les mentalités et espèrent bientôt voir un monde où leur situation de handicap ne sera plus un obstacle. Voici une belle leçon de vie à la fois instructive et optimiste. La devise de leur association est en accord avec leurs propos :

« Handi-cap et vous, cap pas cap, mais ensemble tout est possible. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *