Les César 2019, au cœur de l’actualité

Jusqu’à la garde, le grand gagnant de la soirée du 22 février remporte le prestigieux César du meilleur film. Le grand bain est quant à lui bien perdant de la soirée avec seulement un César malgré ses dix nominations.

Invité d’honneur Robert Redford a reçu le César d’honneur à l’âge de 82 ans lors de la 44ème cérémonie. Sous ses yeux, l’équipe de Jusqu’à la garde a été primé dans quatre catégories dont meilleur film:

  • Léa Drucker, repart avec le titre de meilleure actrice pour le rôle de Miriam Besson. Le film retrace le divorce compliqué d’un couple. Miram Besson souhaite obtenir la garde exclusive de son fils, accusant son mari d’être violent.
  • En plus de meilleur film, Jusqu’à la garde remporte le César de scénario original et meilleur montage.

Xavier Legrand, son réalisateur a rappelé lors des remerciements :  “Quand on a tourné le film en 2016, il y avait 123 femmes qui avaient été assassinées par leur conjoint et ex-conjoint. Aujourd’hui, depuis le 1er janvier 2019, 25 femmes ont été assassinées, ce qui veut dire qu’on est passé à une femme tous les deux jours, alors qu’en 2016 c’était une tous les trois jours. Il serait temps de penser à ces victimes à un autre jour que le 25 novembre ».

L’autre grand gagnant de la soirée, c’est Frère Sisters de Jacques Audiard, un western tourné aux Etats-Unis. Sans amertume, le film repart avec les César de :

  • Meilleure réalisation
  • Meilleur photographie
  • Meilleurs décors
  • Meilleurs sons

Gilles Lellouche a certainement été déçu lors de cette cérémonie. Le Grand bain nommé dans dix catégories différentes, dont meilleur film, repart seulement avec le César du meilleur acteur dans un second rôle pour Philippe Katerine (un discours qui vaut d’ailleurs le détour). Pupille, qui détenait sept nominations, notamment meilleur film, repart bredouille sans César.

Une cérémonie ancrée dans l’actualité

Les principaux nommés avec Jusqu’à la garde (meilleur film), Les Chatouilles (meilleur premier film), Ni juge, ni soumise (meilleur documentaire), Les petites mains (meilleur court-métrage)ont abordé de leur manière les maux de la société française et belge. En passant par les violences conjugales les violences sexuelles sur mineurs ou la difficulté des ouvriers à s’émanciper, les César ont été distingué par des discours appelant à réagir.

Andréa Bescond réalisatrice de Les Chatouilles avec Éric Métayer, rappelle que son enfance a été meurtrie par des violences sexuelles. Son film traite avec humour ce sujet pourtant si sombre et de plus en plus médiatisé notamment avec les scandales liés à l’Église catholique.

Résumé du Palmarès

  • César d’honneur : Robert Redford
  • Meilleur film: Jusqu’à la garde
  • Meilleure réalisation: Jacques Audiard, Les Frères Sisters
  • Meilleure actrice:Léa Drucker, Jusqu’à la garde
  • Meilleur acteur :Alex Lutz, Guy
  • Meilleure actrice dans un second rôle:Karine Viard, Les chatouilles
  • Meilleur acteur dans un second rôle :Philippe Katerine, Le Grand bain
  • Meilleur espoir féminin :Kenza Fortas, Shéhérazade
  • Meilleur espoir masculin :Dylan Robert, Shéhérazade
  • Meilleur scénario original: Jusqu’à la gard
  • Meilleure adaptation:Les Chatouilles
  • Meilleurs décors : Les frères Sisters
  • Meilleurs costumes :Mademoiselle de Joncquières
  • Meilleur photographie : Les frères Sisters
  • Meilleur montage : Jusqu’à la garde
  • Meilleur son :Les frères Sisters
  • Meilleure musique originale :Guy
  • Meilleur premier film : Shéhérazade
  • Meilleur film d’animation :Astérix : le secret de la potion magique
  • Meilleur film étranger :Une affaire de famille
  • Meilleur court métrage :Les petites mains
  • Meilleur film documentaire :Ni juge, ni soumise
  • César du public : Les Tuche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *