Lezoux voit rouge !

Un fait extraordinaire de démocratie a eu lieu dans la commune de Lezoux située à proximité de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Un rassemblement un peu particulier a été organisé dans la Maison du Peuple, un lieu qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Les manifestants de Lezoux ont fait valoir leur statut de citoyen en convoquant jeudi 10 janvier l’élu André Chassaigne. Une première du genre dans ce département.

Face à la réalité !

L’idée de cette réunion publique est née à la mi-décembre. Il y a deux mois, une délégation de gilets jaunes de Lezoux, leur cahier de doléances en main, est allée à la rencontre de leur député à sa permanence. Beaucoup d’entre eux pensaient inconcevables de pouvoir parler sans intermédiaires à un élu de la république siégeant à l’assemblée nationale. 

Le député communiste a répondu présent. 250 gilets jaunes, des soutiens, des curieux ont également assisté à cette réunion. De nombreuses femmes et beaucoup de retraités se sont réunis dans une salle comble. Durant quelques heures la colère était palpable. Divers thèmes ont été abordés, notamment ceux ignorés par Emmanuel Macron dans sa lettre ouverte aux français. 

L’injustice fiscale était au centre du débat. « Où vont la TVA, la CSG, où va l’argent ? ». Une question légitime que l’élu de l’Élysée a feigné de ne pas entendre. Ignorant le malaise profond d’une partie de la population, le Président de la République laisse les députés aller au charbon. Quelques jours avant le lancement du Grand Débat National, le député André Chassaigne a pleinement assumé son rôle de représentant des citoyens français. 

Face à lui, des gens dont le « sens de l’effort » est récompensé par une misère. A Lezoux, il a dû faire face à la réalité de ces citoyens qui, à l’image de nombreux français, souhaitent faire part de leurs inquiétudes et de leurs colères. Dans sa lettre ouverte, Emmanuel Macron a jugé bon de poser des questions aux français, mais les citoyens, eux, ce qu’ils souhaitent, ce sont simplement des solutions et surtout des réponses. 

Moins de langue de bois, plus de justice !

A Lezoux, cet évènement de démocratie directe a permis aux citoyens de s’exprimer sans filtre. L’élu auvergnat a confié avoir été interpellé sur « son fonctionnement ». Venu répondre à toutes les questions, le député communiste ne s’est pas rendu à la Maison du Peuple les mains vides. Pour accréditer son engagement politique en faveur de ses concitoyens, il a brandi à plusieurs reprises les fascicules de présentation des propositions de loi défendues à l’Assemblée. Des propositions de loi abordant des thèmes cruciaux pour les français tels que la justice sociale ou encore la justice fiscale.

Si cette de réunion de démocratie directe n’est pas d’un genre nouveau dans l’hexagone, il s’agit malgré tout d’un symbole fort apparaissant dans un contexte social tendu. Les citoyens ont besoin d’être entendu et surtout d’être écouté par ceux censés les représenter. C’est bien en raison d’un éloignement du pouvoir décisionnaire vis-à-vis de la population qu’aujourd’hui une partie d’entre elle se réunit sur les ronds-points ou se rassemble chaque samedi dans la rue. Pour sortir de cette crise, des réponses collectives doivent être construites en s’appuyant sur les revendications de justice sociale, fiscale et de démocratie, émises par le peuple.

C’est l’enjeu du Grand Débat National lancé mardi 15 janvier mais espérons que ce ne soit pas un acte de diversion permettant à l’exécutif de gagner du temps. Auquel cas, personne n’en sortirait vainqueur…

En Auvergne, un autre rendez-vous a également été fixé par les gilets jaunes à Ambert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *