MasterClass Scénario : David Oelhoffen joue avec les émotions

Mardi 5 février, l’IADT de Clermont-Ferrand accueillait le MasterClass scénario animé par la maison des scénaristes. L’invité, David Oelhoffen, est un scénariste et réalisateur français de courts et longs métrages. On a pu voir à l’écran « Loin des hommes » film sorti en 2014 avec Viggo Mortensen ou « Frères ennemis » en collaboration avec le célèbre rappeur français Sofiane connu sous le nom de Fianso.

Contrairement à ses confrères, David Oelhoffen, n’a pas fait d’études dans le cinéma : « Je ai découvert cet art dans les petites salles de projection de Pau en visionnant des films de guerre ». Il a commencé par écrire des nouvelles qui selon lui n’étaient pas publiables. « C’était peut-être décevant voire médiocre, mais toujours porteur de conseil ».

Il se lance dans le cinéma en proposant son premier court-métrage, « Le Mur » présenté dans différents festivals dont celui de Clermont-Ferrand. Il est sélectionné au César en 1998 et grâce à son film, il a pu être repéré par différents producteurs (dont la Compagnie des Images). En 2002, il reçoit une mention spéciale pour son film « En mon absence » qui dure 45 minutes.

Complexité des relations humaines

Suite à cela, le scénariste-réalisateur se lance dans différents projets de courts métrages en collaboration avec Arte, Canal + ou encore la Compagnie des Images.

Parmi ses nombreux courts-métrages, David Oelhoffen aime mettre en avant la complexité des relations humaines : « la difficulté et la fragilité du lien entre deux personnes ou une communauté ». Dans « Le Mur », ce sont deux détenus qui tentent de s’échapper d’une prison, et leur relation de confiance est sans cesse remis en cause. « Sous le bleu », est un film où la transmission de la conscience de classe sociale est difficile entre un père et son fils.

Passage du court au long métrage

Ce sera « Nos retrouvailles » qui fera la transition entre court et long pour le réalisateur. Dans ce film, il s’agit encore d’une histoire de relation père et fils qui est mise en scène.

La transition peut être complexe explique le réalisateur, « on nous suspecte d’amateurisme quand on vient du court métrage ». Il donne comme conseil à la salle « d’avoir une thématique similaire à son dernier court métrage pour un passage plus doux en long métrage ».

Il finit cette rencontre de quatre heures, par l’annonce de son prochain film prévu pour 2020 avec comme acteur principal, la célébrité parisienne, Louis Garrel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *